vendredi 29 juillet 2011

Grand Cirque DSK : Drogue, Sexe, Kabbales et … MENSONGES !


Le feuilleton DSK continue et fait le bonheur de la société du spectacle.

Les mensonges* de chaque partie se portent tellement bien qu’il est de plus en plus difficile de cerner la vérité et de savoir ce qui s’est réellement passé dans cette chambre luxueuse de l’hôtel SOFITEL !

* N’importe quel comportementaliste chevronné vous affirmera que tous les protagonistes de cette affaire (avocats compris) ne disent pas la vérité.

Les deux protagonistes**, l’un de confession juive et l’autre de confession musulmane affirment suivre leur religion ?

** Et même bientôt trois, car une troisième larronne s’est invitée au festin

Savent-ils tous les deux (ou tous les trois ?) que le mensonge est condamné dans leurs religions tout comme dans la religion chrétienne ?

Dans ces trois religions, le mensonge est " théoriquement " considéré comme un péché !

Neuvième commandement : Tu ne feras pas de faux témoignages

Et pourtant quel que soit la religion, on y ment comme on respire : (

Curieusement, le mensonge n’est même pas mentionné dans les sept péchés capitaux (paresse, orgueil, gourmandise, luxure, avarice, colère, envie) ?

Comme il est écrit dans le livre MAGIC PHOTON à propos du Zoroastrisme (la religion de la lumière), l’une des plus anciennes religions de l’humanité (et dont les trois grandes religions monothéistes se sont fortement inspirées) :

« Dans le Zoroastrisme, le pire des péchés, c’est le MENSONGE et son corollaire l’hypocrisie qui sont le mal suprême. Les grandes religions actuelles et notre société en général devraient s’inspirer d’une telle sagesse »

Une chose est sure, les grands gagnants de tout cet imbroglio judiciaire seront les « bavards » (traduction, les avocats) qui, toutes parties confondues vont s’en « mettre plein les fouilles ».

: )

jeudi 21 juillet 2011

Le monde des pensées et des élémentaux

Druides bretons en cérémonie (source : druidisme.org)

Qu’est-ce qu’une pensée ?

La pensée est un processus intérieur et personnel de médiation symbolique souvent attribué à l’esprit, une manière dont l’activité de l’esprit s’exprime. Une aptitude à concevoir des idées, concepts et représentations ainsi qu’à les utiliser.

Ces définitions plutôt vagues mais que la psychologie utilise, montrent qu’en fait, on connait très peu de choses sur la pensée et son processus.

Les pensées font partie de la sphère mentale, du monde des idées (une idée est constituée d’une ou plusieurs pensées).

Une pensée est constituée de mots et d’images.

Mais avant de se traduire par des mots puis par des paroles, une pensée est d’abord engendrée par des sensations et des émotions (Livre MAGIC PHOTON, le SECRET de la VOLITION page 33)

Voici un récit type d’expérience de mort imminente (EMI) :

« Une pensée s'impose, rapide comme l'éclair : - je suis réveillé par ma mort -. Je suis surpris par l'étrange lucidité qui m'anime. Tout était simple, incroyablement simple, il suffisait d'observer. J'étais conscient que les difficultés terrestres venaient des pensées des hommes. Je comprenais que ces pensées prenaient des formes physiques, matérielles, de la même façon qu'un ver à soie produit sa matière. Je voyais sortir d'une pensée, sa FORME ou son produit. Cela se matérialisait comme l'eau que l'on met à bouillir et qui se transforme en vapeur. » Extrait du livre MAGIC PHOTON page 100 (édition juillet 2011).

La pensée possède donc une forme constituée d’une ou plusieurs idées

Outre les pensées, le plan mental est aussi habité par des élémentaux.

Les élémentaux sont des entités créées consciemment ou non par les pensées intenses et réitérées des êtres humains.

Un élémental est une pensée devenue autonome dotée d’un instinct de conservation.

Pensées humaines, pensées résiduelles des désincarnés, élémentaux, tout ce « petit monde » constitue le vaste espace des entités (voir Livre MAGIC PHOTON, mystères des entités page 110 et illusions du voyage astral et du channelling page 158)

Sur l’image montrant une réunion de druides, on distingue nettement une espèce de nuage semblable à de la vapeur qui plane au-dessus des officiants.

Pensées des participants ou élémentaux ou autres entités ? (photo réalisée sans trucage à l’aide d’un appareil photo ultrasensible)

jeudi 7 juillet 2011

Les RITES COPULATIFS du CHAMANISME PRIMITIF

Les orgies collectives des faux illuminati

Démiurge, sexe et écologie

Les inquisiteurs et censeurs chrétiens ont blâmé les orgies des temps antiques ainsi que celles qui ont encore lieu dans certaines tribus restées primitives c'est-à-dire proches de la nature.

Nos "bons" puritains n'ont en fait rien compris à la signification profonde de ces rites érotiques collectifs. Les tribus qui s'y adonnent ne sont en rien licencieuses, bien au contraire leurs membres sont en temps normal de mœurs plutôt austères et le libertinage et l'adultère y sont sévèrement condamnés.

Mais régulièrement en fonction des phases de la lune, tous les membres de la tribu se regroupent dans un lieu secret et jalousement gardé pour s'accoupler collectivement après avoir longtemps dansé frénétiquement auparavant. Ces danses sont en fait des balancements et des girations qui leur permettent de se dépasser et d'entrer en transes (voir livre MAGIC PHOTON chapitre trois sur les rythmes).

Ces danses sont destinées à "chauffer l'atmosphère" et peuvent conduire jusqu'à l'hystérie collective. Puis chacun s'accouple au hasard après avoir arraché frénétiquement ses vêtements, sans considération d’âge, de parenté voire de sexe !

Ces tribus ont une grande connaissance des rites de fécondité et glorifient la Mère Divine, la " Magna Mater " pour assurer la prospérité des récoltes et des troupeaux et par suite, la prospérité de la tribu.

La lumière est absente dans ce type de réunions où seul le sexe est glorifié et à travers lui, le démiurge et la nature.

Dans des temps plus reculés, en plus du sexe, ces tribus pratiquaient des sacrifices d’animaux et même d’humains voire, d’enfants. Ces rites sacrificiels étaient parait-il, d’une redoutable efficacité. Ceux qui s’y adonnaient avaient définitivement opté pour les puissances des ténèbres.

Note : De nos jours, certains clubs très élitistes comme le « bohemian club » pratiqueraient encore des sacrifices ?

vendredi 1 juillet 2011

Le DRUIDISME de LUMIERE

Les druides passeurs de lumière sont de véritables illuminati, des éclairés.
Le nom Druides provient du mot celte “ dru-wides ” qui signifie “ très éclairés ou très savants ”.

Les druides étaient les prêtres des peuples celtes (on dit aussi gaulois), ils étaient réputés pour leur savoir. En effet, la formation d’un druide s’étalait sur vingt années d’un enseignement uniquement oral car les anciens druides considéraient que la parole écrite est morte !

Néanmoins les anciens druides savaient écrire en Grec, ce qui laisse penser que certains d’entre eux avaient été initiés dans les écoles de mystères de la Grèce antique ( voir livre MAGIC PHOTON).

A la fois juristes, chamans, devins, guérisseurs, mages, astronomes, et à l’occasion guerriers, les druides possédaient une connaissance profonde de la nature et des lois cosmiques.

Note : il existe encore de nos jours des druides dans les pays celtes (voir par exemple le site http://www.bretagne-celtic.com/)

La lumière tient un rôle prépondérant dans le druidisme de lumière.

Les druides vouaient un culte au Dieu Bélénos, le dieu gaulois solaire célébré lors de la fête de Beltaine le 1er mai, et par-dessus tout à LUG, le dieu lumière au-dessus de tous les autres.

Le druide est toujours vêtu de blanc, couleur qui réfléchit la lumière et qui contient toutes les couleurs alors que le noir détruit la lumière en l’absorbant.

A réfléchir : Comme il est étrange de voir que les représentants des principales religions sont toujours vêtus de noir ? Seraient-ils en réalité des « sans lumière », des SINE LUCE ?

ATTENTION : Il ne faut pas confondre les véritables druides gnostiques qui ne pensent et agissent qu’en termes de lumière avec les druides chamans qui sacrifient au démiurge (le bouc, le cerf) et aux forces de la nature (comme les rites copulatifs de la Wicca).

Les véritables druides de lumière sont des théurges qui pratiquent une haute magie spirituelle

On retrouve la symbolique solaire dans les croix celtiques, leur motif central est inscrit dans un cercle évoquant le soleil rayonnant et dans le triskell qui représente le tourbillonnement de l’image de persistance rétinienne d’origine solaire (voir le livre MAGIC PHOTON, les pages consacrées à la magie solaire)