vendredi 1 juin 2012

Lama Guendune Rinpoché, un vrai maitre



S'il nous arrive parfois de critiquer certains maitres tibétains qui se révèlent être des faux gourous, d'autres sont par contre de véritables maitres.

Preuve en est avec Guendune Rinpoché aussi appelé Lama Guendune, un Maître tibétain de l'école Kagyupa du bouddhisme tibétain Vajrayana. Il est né en 1918 au Tibet et décédé le 31 octobre 1997 dans sa chambre à Dhagpo Kundreul Ling en Auvergne.

Voici un de ses poèmes empreint à la fois de bouddhisme, de taoïsme, de gnosticisme et surtout de grande sagesse.

Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d'effort et de volonté
mais réside là, tout près, dans la détente et l'abandon.

Ne t'inquiète pas, il n'y a rien à faire.

Tout ce qui s'élève dans l'esprit n'a aucune importance
parce qu'il n'a aucune réalité.

Ne t'y attache pas. Ne te juge pas.

Laisse le jeu se faire tout seul, s'élever et retomber, sans rien changer, et tout s'évanouit et commence à nouveau sans cesse.

Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.

C'est comme un arc-en-ciel qu'on poursuit sans jamais le rattraper.

Parce qu'il n'existe pas, qu'il a toujours été là
et t'accompagne à chaque instant.

Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises,
elles sont comme des arcs-en-ciel.

A vouloir saisir l'insaisissable, on s'épuise en vain.

Dès lors qu'on relâche cette saisie, l'espace est là,
ouvert, hospitalier et confortable.

Alors, profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus.

Ne va pas chercher dans la jungle inextricable
L'éléphant qui est tranquillement à la maison.

Rien à faire. Rien à forcer. Rien à vouloir.

Et tout s'accomplit spontanément !